CARMEN

Extrait de l’avant dire : « Les mots sont comme des bouteilles à la mer ayant avalé leur tesson et le vin mariné de cette eau est vinaigre qu’il faut boire jusqu’au trente-sixième dessous. Ne restent que culs de bouteilles pour fragments d’équipage. Avec la sécurité sociale dans le dos pour bénéfice secondaire du classement vertical, de la disqualification psychiatrique, tête présumée boiteuse. « Lèche néant ! » Pauvre azur démenti d’étoile. Délire sur foutre avec vue sur moule. Diatribe verbale où les tripes se prennent dans les os, toute éclaboussure reçue. Génie excessif de l’adolescence, brûlant de tout son feu d’un talent furieux. Une écriture d’amble, hymne aux paroxysmes; profération scandaleuse. … Le dernier mot est “” poussière “” ou si peu. Un beau tueur dans toute son exaspération, sortant de ses gongs par tous les pores de la métaphore rageuse. Un provocateur douloureux. Et des mots la faim jusqu’à plus soif. » (Jean-Michel AUBEVERT)

Extrait du recueil : « Mon pair s’étonne : « C’est curieusement fait, une femme ! Est-ce une question d’âge ou de mensurations ? » Il ne s’attendait pas à trouver un tel fond de grenier à l’intérieur, lui qui depuis des lustres met en œuvre des moyens insensés pour s’en fabriquer une. Et d’ailleurs, voilà t’y pas qu’il chantonne à présent, le malheureux… Mais ça n’en est plus une, trop tard, trop loin ! C’est déjà de la musique !… Et, aussitôt, il retombe en cacophonie, déçu d’avoir dépassé son objectif sans l’atteindre ou l’apercevoir. Il bredouille, nasal : « Ch’ais pas à quelle distance je me trouve d’Elle, mais je vous jure que je l’aurai avant ma fin de guerre ! J’ai des missives à longue portée, un dé à coudre, du crin de cheval, un sixième sens, de la vie, des mœurs et une lorgnette de vin, n’allez pas croire qu’on pourra me la cacher encore longtemps… Et n’escomptez pas prendre ma place, je vous vois venir ! Il n’est pas encore né celui qui me mettra hors de moi ! » Bienveillant, Jojo, lui dilue la paranoïa. C’est l’heure éprouvette à laquelle les moins ivres d’entre-nous lèchent le verbe ou ses lampions. Ça crée du langage. Tout est velours et atroce ! Les quais sont bondés, les bateaux en surcharge… L’alcool immédiat ! En route pour l’orient… »



Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | professeur.de.français
| billierose
| collegiens