Existence irréversible ou vie des parents.

Et si c’était par la fin que ?…

À neuf mois, « gaucher sexuel », réclame un prêtre…
À neuf mois d’août, faute de mieux, descend du père. Le singe était à Ostende.
À un an, ne comprend pas tout. Le reste, on lui expliquera plus tard.
Á deux ans, recycle les grimaces d’un quarteron d’adultes ébaudis. P.A.F : un sachet de chiques sures.

À trois ans, chute de toboggan. (Assiste au cours de rattrapage le mercredi après-midi.)
À quatre ans, le singe, de retour de vacances, manœuvre un tracteur dans le pré voisin. On lui lance des vaches et un ou deux curés.
À cinq ans, évide un mur de la maison familiale et ne découvre rien.
À six ans, divise la douleur entre tibia et péroné. Fait de l’hôpital et des fables de manière intensive pendant quelques mois. Conséquemment, l’école le poursuit pour « malformation congénitale des zéros… »
À six ans, victime d’une brûlure au troisième degré (prise au premier par une dizaine de témoins, médecin inclus), il se laissera greffer une seconde peau sans faire de cinéma. Pas nécessairement la bonne.
À six ans, dans un couvent de Normandie, s’arrête interloqué devant la « Porte de la Grande École du Monde »… Enrico Macias le nargue avec sa clef. Les animaux sont derrière.

À sept ans, port obligatoire d’une paire de lunettes bleutées. Le traumatisme crânien qui s’ensuivit n’a causé véritablement que des dommages psychologiques. En conserve un mauvais œil de prédilection.
À huit, neuf et dix ans, se sent mal dans sa nouvelle peau.
À huit ans, se raccroche à la cafetière ombilicale du foyer. L’utérus est dans la tasse. Il la boit plusieurs fois par jour.
À neuf ans, fume par le nez, la gorge et les oreilles. Et par amour de deux amateurs de « nuit grave ».
À dix ans, s’opère seul et s’ampute d’un organe inconnu dont on n’a toujours pas retrouvé la trace.
(À huit ans), rencontre Diana, muse qui l’attendait au coin d’une rue et l’accompagne régulièrement aux emplettes.
(À neuf ans), même en pleine journée, tous ses achats sont gris. Se rend tragiquement compte de l’inexistence de Diana.
À dix ans, s’envole en fumée sans feu.
À onze ans, téléphone à l’homme, son lointain cousin.
Pas de tonalité !
À douze ans, renvoyé du catéchisme pour y entonner des airs de Simenon… Célèbre chanteur en prose répudié par les églises de toutes sortes.
À treize ans, souscrit à l’orgueil d’un clan : sa mère sodomise le pape régulièrement ! (Un tuyau dans la hiérarchie catholique.)
À treize ans, trouve une douille de la dernière dans son slip. La montre à ses parents qui préviennent aussitôt les autorités (autoproclamées) compétentes.
À quatorze ans, gros bonnet d’âne de la drogue.
À quinze ans, témoin angoissé de la fonte des neiges et de la pousse du poil autour de sa douille.
À seize et dix-sept ans, feux d’artifices manuels. Fin du temps de paix. La douille s’engage. Elle sera de tous les combats. Foutre blanc ou poudre noire. Il rachève ses blessures à la baïonnette.
À dix-sept ans, prend la place du mort… Entre à la milice. « Les mains en l’air !… Plus personne ne bouge… » Pendant deux ans…
À dix-huit ans, passe un tour.
À dix-neuf ans, coïncide avec Sylvia Swing sur les bords de la Meuse. Elle lui fournit des indications décisives sur l’emplacement du trésor. Et lui donne l’autorisation de la revoir, en peintures !… Intimité non dévoilée. Lecture bouche bée d’Émile Ajar. À la demande de Sylvia.
À vingt ans, apprend le mot « bougnoule ». Rate sa noyade. Hépatite A, B et C… Confond avec les vitamines. Travaille en noir pour le Clergé & les Fornicateurs Anonymes. Se colle aux portes et aux bouches d’égouts pour surprendre l’orgasme à l’œuvre. Platonicien actif et onaniste convaincu, il garde ses distances.
À vingt et un ans, louchébème ahuri en vitrine face à des amateurs de viande froide. Premiers attouchements publics.
À vingt et un ans, se trompe d’erreur et s’en va. Pas comme il était venu.

Médaille réversible ou l’enfance des revers.
À cet âge et neuf mois, naît ailleurs puisque la vie est de là.
À vingt et un ans, frôle les coudes de l’amour.
À vingt-deux ans, fait un vœu, comme une lettre à la poste.
À vingt-trois ans, reçoit une réponse. De Saint-Nicolas !… Cultive des amitiés à l’abri de l’air et de la lumière du jour.
À vingt-quatre ans, un coup de reins abolit le hasard. Prise de sang positive. Condamné à vie avec sursis.
À vingt-cinq ans, début d’une correspondance engagée avec Istan Nagaskiev, adolescent rêveur promettant de basculer dans la révolution dès que l’occasion se présentera.
À vingt-six ans, l’occasion se présente… Disparition brutale de Nagaskiev au Kasaï. Refuse de se nourrir. Arrivée d’une nourrice, Bigoudi, la fiancée de son frère sur le point de rompre. Signe un contrat exclusif d’un an pour les deux seins. Reprend du poil de la bête (Yéti) et le rend à César qui n’a jamais pu aller jusque-là tant son cheval craignait la neige.
À vingt-sept ans, revigoré. N’entre plus dans ses petits souliers.
À vingt-huit ans, subit l’ostracisme aussi féroce qu’injustifié d’un certain Henry Vieux-Temps. Maquisard usant et abusant de la naphtaline et critique frappant sur les clous à la mode. (Ex : Censuré !)
Cette année, devient roux dans un accident. Se pose une question, à la lumière de sa biographie : « Et l’écriture dans tout ça ? »
Mort d’un albatros. Conserve un enthousiasme de forme, mais surtout de format A4. Va rarement au-delà. Prévoit un arrêt thermique définitif le dix-neuf avril deux mille quarante-trois. L’heure restant à fixer. (L’idéal serait un samedi soir. Car même pour décéder, il vaut mieux avoir un jour devant soi…)
À suivre…



Biographie

David Besschops est né de manière impromptue, avant terme, en 1966 durant le voyage de noces de ses parents. Il fut ensuite balloté des années durant au gré des garnisons de son père, amiral, surnommé par ses subalternes le « Caporal Guerre Froide », et des internements de sa mère, sourde-muette, avec « conséquences psychologiques actives », pour reprendre les termes des médecins.
Tous ces voyages – la découverte de pays plus étranges qu’étrangers -, les nombreuses séparations d’avec sa mère, eurent des répercussions manifestes sur la formation morale et intellectuelle de l’enfant qui se replia très jeune sur le monde secret de la lecture.
Durant son adolescence, David Besschops assista impuissant à la mise à pieds de son père, soupçonné de trafic de denrées rares au Moyen-Orient. Les finances de la petite famille périclitèrent. Le jeune garçon connut la tentation de vie facile qu’octroient la délinquance et les menus larcins avant de s’engager comme élève sous-officier à l’école militaire de Dinant. Une carrière qu’il ne développera pas puisque c’est au sein même de cette caserne qu’il amorça ses débuts dans l’écriture.

Il quitte l’armée à dix-neuf ans, reprend des études universitaires tous azimuts, écrit énormément et partout, survit d’expédients et de boulots à la limite de la légalité (il a été longtemps démarcheur) avant de devenir architecte naval à l’âge de vingt-six ans. Aujourd’hui, entre mers et chantiers, il rédige de courts textes implacables, quelquefois destinés à nul autre que lui-même. Il présente son écriture comme une entité autonome dont il serait l’interlocuteur privilégié.

Bibliographie

Carmen, Editions le Coudrier, 2006
La mère supérieure, Editions L’Ane qui butine, 2007
« Journal – d’elle mon amour ma fille mon enfant, Editions Compte-gouttes d’Auteur, 2007
Azabache, Boumboumtralala, 2008
En attendant, Petite sœur, Adèle B., Lieux langue folle, Editions Compte-Gouttes d’Auteur



CARMEN

Extrait de l’avant dire : « Les mots sont comme des bouteilles à la mer ayant avalé leur tesson et le vin mariné de cette eau est vinaigre qu’il faut boire jusqu’au trente-sixième dessous. Ne restent que culs de bouteilles pour fragments d’équipage. Avec la sécurité sociale dans le dos pour bénéfice secondaire du classement vertical, de la disqualification psychiatrique, tête présumée boiteuse. « Lèche néant ! » Pauvre azur démenti d’étoile. Délire sur foutre avec vue sur moule. Diatribe verbale où les tripes se prennent dans les os, toute éclaboussure reçue. Génie excessif de l’adolescence, brûlant de tout son feu d’un talent furieux. Une écriture d’amble, hymne aux paroxysmes; profération scandaleuse. … Le dernier mot est “” poussière “” ou si peu. Un beau tueur dans toute son exaspération, sortant de ses gongs par tous les pores de la métaphore rageuse. Un provocateur douloureux. Et des mots la faim jusqu’à plus soif. » (Jean-Michel AUBEVERT)

Extrait du recueil : « Mon pair s’étonne : « C’est curieusement fait, une femme ! Est-ce une question d’âge ou de mensurations ? » Il ne s’attendait pas à trouver un tel fond de grenier à l’intérieur, lui qui depuis des lustres met en œuvre des moyens insensés pour s’en fabriquer une. Et d’ailleurs, voilà t’y pas qu’il chantonne à présent, le malheureux… Mais ça n’en est plus une, trop tard, trop loin ! C’est déjà de la musique !… Et, aussitôt, il retombe en cacophonie, déçu d’avoir dépassé son objectif sans l’atteindre ou l’apercevoir. Il bredouille, nasal : « Ch’ais pas à quelle distance je me trouve d’Elle, mais je vous jure que je l’aurai avant ma fin de guerre ! J’ai des missives à longue portée, un dé à coudre, du crin de cheval, un sixième sens, de la vie, des mœurs et une lorgnette de vin, n’allez pas croire qu’on pourra me la cacher encore longtemps… Et n’escomptez pas prendre ma place, je vous vois venir ! Il n’est pas encore né celui qui me mettra hors de moi ! » Bienveillant, Jojo, lui dilue la paranoïa. C’est l’heure éprouvette à laquelle les moins ivres d’entre-nous lèchent le verbe ou ses lampions. Ça crée du langage. Tout est velours et atroce ! Les quais sont bondés, les bateaux en surcharge… L’alcool immédiat ! En route pour l’orient… »



Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | professeur.de.français
| billierose
| collegiens